Comment Wooxo s'est différencié dans la cybersécurité

cybersécurité

La startup, basée à La Ciotat, édite des solutions logicielles permettant de sauvegarder et synchroniser les données. Une spécialisation qui joue à plein son rôle dans un univers où la cybercriminalité touche de plus en plus les TPE/PME.

Wooxo et la presse

En Europe, une TPE/PME sur deux a été touchée par un acte de cybercriminalité en 2016. Une statistique qui pose suffisamment clairement le problème de la cybersécurité pour ce qui est des petites et moyennes entités. Un contexte que Wooxo appréhende depuis sa création en 2010. Si ses solutions ont pour but de sauvegarder les données, elles sont aussi, de fait, essentielles dès lors qu'il faut récupérer ce qui a été endommagé ou perdu.

Activité rémunératrice

"Depuis cinq ans, l'activité cybercriminelle est la raison n°1 de perte et de fuite des données. Wooxo permet de protéger les données et de les restituer après sinistre, rapidement et le mieux possible", dit Luc d'Urso. Le PDG de la startup provençale indique ainsi que la rançongiciel - cette cyber attaque qui consiste à crypter les données et à exiger une rançon pour obtenir les clés de déchiffrement - est l'attaque n°1 dont sont l'objet les TPE et les PME. Et d'expliquer que, si c'est vague est forte - c'est "qu'elle est rémunératrice. Faute de ressources ou de compétences, une fois les données prises en otage, l'entreprise n'a pour seule solution que de payer".

Accélérer le développement

Et le phénomène ne va pas s'amoindrir, il est au contraire "grandissant", prédit Luc d'Urso. Car la cybercriminalité est une activité "rentable et de plus en plus facile à organiser". Ce qui pousse donc la startup a innover. "Nos logiciels doivent répondre à la sophistication des attaques". Ainsi Wooxo consacre 6 à 10 % de son chiffre d'affaires à la R&D. "Nous fournissons des outils clés en main, des solutions complètes". L'une d'elle - Yoobackup - a d'ailleurs obtenu le label France Cybersecurity.

 

Identifiée par l'ARII, l'agence régionale de l'innovation et de l'internationalisation des entreprises, comme une entreprise en hypercroissance, Wooxo a intégré le programme Accelerator début 2016. Un accompagnement "qui nous oblige à détailler le plan d'action. C'est un exercice de formalisation enrichissant. Le programme nous permet aussi d'échanger avec d'autres entreprises également en hypercroissance", détaille Luc d'Urso. Wooxo emploie 34 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 4 M€.

 

Egalement publié par Actu Orange, Finances Yahoo, La Tribune PACA.